fbpx
EQ

Gagner en puissance sur sa production : Le mixage Kick-Basse

On entend très souvent dire que la combinaison du kick et de la basse est l’élément principal d’une production. Et on comprend aisément pourquoi, tant l’impact de ces éléments sur le rythme et l’énergie du morceau est important. Il faut donc être très attentif lors du mixage de ceux ci, car en cas de mix incomplet ou raté, la track entière risque d’en subir les conséquences. Voyons donc ensemble comment nous assurer que cela n’arrive pas.

Quel est le problème?

Lorsque vous avez avancé votre morceau et cherchez à commencer à mixer les éléments, votre kick se retrouve quasiment automatiquement étouffé par la basse. La faute au fait que ces éléments se retrouvent dans les mêmes plages de fréquences au même moment ce qui va créer un conflit.

A ce niveau de progression, on suppose que vos faders de volume sont déjà correctement ajustés, que le volume de la piste master ne dépasse quasiment jamais les -6dB (afin de laisser la place nécessaire au mastering) avec la totalité des pistes actives et que vos kick et basses sont placés au centre. Si ce n’est pas le cas, il vous faut revoir l’étape de l’arrangement de votre track et les bases du mixage.

Equalisation des basses fréquences

Comme nous venons de l’indiquer, le problème provient d’un conflit de fréquences, il nous faut donc corriger les fréquences en question. Pour cette partie du tutoriel, nous allons avoir besoin d’un visualiseur de spectre et d’un equaliseur paramétrique (certains plugins regroupent ces deux fonctions, c’est encore mieux).

On va d’abord chercher la fréquence ou le kick “tape” le plus (ou le volume est le plus haut), idem pour la basse. Pour cette étape, le visualiseur vous donnera une idée relativement précise de la fréquence en question. Mais on ne peut que vous conseiller d’affiner vos réglages à l’oreille, qui, après un certain travail, se révèlera bien plus précise qu’un EQ. Pour notre tuto, on va supposer que le kick est le plus fort à 112Hz, et la basse autour de 48Hz. Lorsque vous avez les fréquences concernées pour votre track, lancez vos EQs.

Sur le kick, vous devez donc augmenter sa fréquence principale (ici 112Hz), et baisser la fréquence principale de la basse (48Hz). Inversement pour la basse, vous devez augmenter sa fréquence principale et baisser celle du kick. On appliquera la même formule si la basse à une seconde fréquence importante (exemple 192Hz).

Le gain positif d’une fréquence doit être équivalent au gain négatif de la fréquence de l’autre élément, celui ci doit être évalué en fonction de votre point de vue. Si on vous conseille un gain autour de 3dB (ne pas dépasser 6dB sauf cas exceptionnel), vous serez le seul juge en fonction du résultat.

Ci dessous un exemple de ce que peut donner ce type d’équalisation: en haut l’EQ du kick, en bas celui de la basse.

EQ Kick-basse

Sidechain compression

Lorsqu’on cherche à mixer ces deux éléments ensemble, l’une des solutions est de décaler le volume de la basse pour que celle ci n’ait pas sa pointe de puissance au même moment que le kick. Pour ce faire, on utilise un effet de sidechain.

Comment ça fonctionne?

Vous connaissez probablement ce qu’on appelle l’effet de sidechain, cet effet qui consiste à baisser le volume en début de temps et le remonter progressivement pour le recouper au temps suivant. Cet effet tire son nom de l’utilisation que nous allons faire de la sidechain compression. L’effet appliqué sur une basse permet de réduire le volume, généralement en début de temps, lorsque le kick tape puis le faire remonter progressivement.

Alors de quoi s’agit il exactement? L’intérêt de ce process est de compresser le volume d’une piste en fonction de celui d’une autre piste. Dans notre cas, le volume de notre basse va baisser lors de l’impact du kick, puis remonter progressivement (plus ou moins rapidement en fonction du paramètre release renseigné dans votre compresseur). Ce qui crée cet effet de “punch” qui ajoute de l’énergie au morceau.

Et en pratique?

C’est toujours pas clair? Rassurez vous, on va voir un exemple concret :

Vous avez donc vos pistes kick et basses dans votre mixer, vous devez donc créer un lien (sidechain) depuis le kick vers la basse. La seconde étape est d’ouvrir un compresseur pouvant gérer la sidechain compression sur la piste (ou le bus) des basses. Puis l’on compresse avec un ratio important (6:1) avec une attaque faible et une release moyenne, autour de 200ms. Puis comme toute compression, baissez progressivement le threshold. Vous devriez obtenir un résultat dans ce style :

sidechain compression


Pour l’exemple, nous avons utilisé le Fruity Limiter de FL Studio. Dans le paramètre “sidechain” (le volume d’entrée de référence pour effectuer la compression), nous avons indiqué notre piste de kick, que nous avions au préalablement sidechain vers notre piste de basses dans le mixer. puis nous avons renseigné les paramètres comme indiqué ci dessus et baissé le threshold (ici, jusqu’a -20dB, ce qui peut être un peu extrême pour la plupart des productions).

Faire de la place

Ici, on ne va pas parler directement de nos pistes basse et kick, mais justement de tout ce qui est autour. Sur tous vos instruments placés sur vos médiums et hautes fréquences, faites un coupe-bas sur les fréquences inutiles. Généralement entre 60 et 120Hz, cette fréquence de coupe peut toutefois être plus élevée si vous en sentez l’utilité, car ici aussi, l’oreille sera seule juge du résultat final.

Equalisation top

Ci dessus on peut observer les EQ de “nettoyage” appliqués sur un synth “top”, très présents sur les hauts-médiums et hautes fréquences (ici 2000-10000Hz, en haut). Et un synth “médium”, présent sur les bas-médium, moyennes et jusqu’à moyennes-hautes fréquences (ici 170-3500Hz, en bas).

1 réflexion sur “Gagner en puissance sur sa production : Le mixage Kick-Basse”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Available for Amazon Prime