fbpx
Studio

Conseils pour devenir meilleur producteur ( Partie 2 )

Suite à notre première partie, voici 20 nouveaux conseils provenant de notre compte Instagram pour se perfectionner en tant que producteur!

Les #tipoftheday

  1. Mesurez vos masters (partie 1)! Ce conseil ne s’applique pas aux pros du mastering qui ont depuis longtemps appris à percevoir auditivement les différences de volume et de dynamique. Cependant, dans un premier temps, il est important de savoir s’aider de ces outils. Un LUFS Meter permet de mesurer le niveau instantané et le niveau moyen d’une track. Le niveau intégré (à moyen terme) permet d’adapter le morceau aux standards de diffusion. Le volume à court terme est utile pour vérifier la plage dynamique entre les sections les plus fortes et les plus faibles de votre mix.
  2. Mesurez vos masters (partie 2)! Un Spectrum Analyzer permet d’afficher la réponse en fréquence de votre mixage. Ceci permet de définir si votre mix est homogène et n’es pas déformé par l’acoustique de votre pièce contrairement au son qui arrive à vos oreilles. Vous pouvez ainsi déterminer quelles fréquences ajouter ou diminuer.
  3. Mesurez vos masters (partie 3)! Le Phase Correlator permet de savoir si votre master est aussi large que la track que vous vous êtes fixés comme référence. Ou à l’opposé si votre stéréo est trop grande au point ou elle peut créer des conflits. Vous pouvez également réécouter votre track en mono pour vérifier que les éléments principaux ne soient pas effacés, et le corriger si nécessaire.
  4. Faites des sessions de sound design! Il est important de vous concentrer sur votre composition pendant votre session de production et de ne pas interrompre votre créativité. Mais vous devriez aussi également faire des sessions dédiées en vous fixant des objectifs précis. Par exemple, créer 5 synthés en un temps défini, que vous pourrez réutiliser dans vos productions futures. Ceci peut également vous permettre d’apprendre à utiliser de nouveaux VST ou de nouvelles techniques.
  5. Restez organisés! Bien que cet aspect soit parfois rebutant, surtout pendant les phases créatives du process, il n’en reste pas moins essentiel. De nos jours, la plupart des DAWs offrent de nombreuses façons d’organiser vos sessions avec des groupes, bus, couleurs, noms, etc. Cela vous permettra de gagner du temps pour retrouver vos pistes, mais aussi lors de vos exports pour les différentes étapes du process.
  6. Reverse, stretch, pitch, repeat! Ces étapes simples ont souvent des résultats inattendus. N’hésitez pas à ouvrir un projet vide, importer vos samples et essayer ces modifications. Vous pouvez tester sur n’importe quel élément : voix, percussion, basse, synthé…
  7. Ne pas négliger les white noises Ces bruits blancs sont extrêmement utiles dans de nombreuses situations. Ajout de punch, de densité, d’épaisseur à votre son ou encore création de percussions synthétiques… Les utilisations sont multiples. La plupart des VSTs peuvent en générer donc ne vous en privez pas!
  8. Ecoutez autant de musique que possible! L’écoute ne doit plus être une activité passive, inspirez vous en de façon à ajouter des idées piochées dans vos diverses écoutes au sein de vos productions. Il peut s’agir d’une transition, d’un effet, etc… Vous n’obtiendrez pas toujours l’effet désiré mais vous obtiendrez toujours un résultat novateur.
  9. Travaillez quotidiennement sur votre musique! Comme dit le proverbe, “Rome ne s’est pas faite en un jour”. Vous aurez des jours où vous serez très inspirés, et d’autres où vous manquerez de motivation. Mais plus vous vous entraînez, meilleurs seront vos résultats et plus vous les atteindrez rapidement. Donc travaillez dur, n’abandonnez jamais et surtout, prenez du plaisir dans ce que vous faites
  10. Apprenez les bases de la théorie musicale Choisissez un instrument de votre choix et apprenez à en jouer. Vous n’avez pas besoin de devenir un professionnel, simplement faire quelques accords, mélodies ou un peu de batterie. Lorsque vous comprendrez le fonctionnement de ces instruments, vous apprendrez surement plusieurs notions de sound design très utiles.
  11. Testez différents DAW! Parfois un peu de changement peut donner d’excellents résultats, essayez d’autres DAW (Digital Audio Workstation) pour voir avec lequel vous êtes le plus à l’aise.
  12. Faites un maximum de travail par vous même! Ne cherchez a être aidé que lorsque vous êtes totalement bloqué, soit par manque de compétences, soit par manque de temps.
  13. Collaborez ! Tentez des collaboration avec d’autres artistes avec un niveau et une fanbase similaire à la votre, vous pourrez ainsi apprendre de nouvelles méthodes, techniques et connaissances. Vous obtiendrez également une portée supplémentaire pour vos sons.
  14. Ayez un objectif spécifique en tête! Obtenir une certaine émotion, que votre mixage sonne d’une certaine manière ou que votre mastering soit aussi puissant que possible, ayez toujours un objectif sonore clair en tête et utilisez une ou plusieurs piste de référence. Cela vous permettra de rester concentré sur ce que vous devez accomplir, vous donnant ainsi la patience nécessaire pour atteindre l’objectif souhaité.
  15. Prendre des pauses régulières! Cela nous arrive à tous, quand nous ne pouvons pas obtenir un sample ou un mixage correct, nous continuons jusqu’à être frustrés, en colère et fatigués par la track. Avant que cela ne se produise, vous devez faire des pauses afin de rester frais et motivé.
  16. Essayez d’utiliser un exciter/enhancer! Si vos top leads ne vous conviennent toujours pas lors de l’étape du mastering, vous pouvez essayer d’utiliser ces outils. Contrairement aux EQ qui peuvent accentuer le bruit ambiant, les exciters élèvent les harmoniques et peuvent ainsi éclaircir le mixage. Mais comme toujours dans le mastering, il faut utiliser cet outil avec modération.
  17. Limiter le mix! On pense souvent a élargir une piste lors du mixage. Mais on pense plus rarement à le réduire. Ceci peut parfois être très utile, principalement dans les basses fréquences, car cette zone ne contient aucune information directionnelle et a un impact beaucoup plus important en mono qu’en stéréo.
  18. Trouvez un moyen fiable de vous connecter avec des personnes qui aiment votre musique. Une liste d’email peut être une bonne idée.
  19. Achetez un bon casque ou une paire de de moniteurs dès que possible. La réponse en fréquence et les basses sont importantes.
  20. Amusez vous ! Y a-t-il vraiment besoin d’ajouter quelque chose?

D’autres conseils seront disponibles prochainement. En attendant, n’hésitez pas a nous donner les vôtres en commentaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.